Bunny

Bunny une vraie urgence de l’automne 2014

Trouvé en très mauvais état en bord de route par une de nos bénévoles actives.

Bunny était très amaigri (1,9kg alors que c’était un adulte), avec un oeil crevé et une peur panique de l’homme. Déposé chez un vétérinaire local en urgence, nous sommes allés le récupérer dès le lendemain pour faire le point sur son état de santé et voir ce qu’il était possible de faire pour lui.

Il s’est avéré que toutes les dents de Bunny étaient ou tombées ou très abîmées. Nous avons donc choisi de les lui faire enlever lors de sa castration. Il est testé Négatif FIV-FeLV. Son palais montre une fistule qui a entraîné la perte de son oeil gauche. Une prochaine énucléation est prévue mais nous n’avons pas voulu lui faire subir trop de choses d’un coup.

Subir… c’est un mot qui doit avoir une signification pour lui. Ce qui nous touche le plus dans Bunny, au-delà de son état de santé (qui s’améliore à force de soin et d’une nourriture à base essentiellement de steack hâché), c’est son comportement.
Nous avons vu passer beaucoup de chats aux EntreChats… des mal-aimés, des négligés, des ensauvagés… mais des maltraités à ce point, jamais. Bunny est terrorisé par les humains. A notre approche, il se prostre, comme un chien battu et attend résigné que pleuvent les coups… Après une première caresse douce, il se laisse aller en ronronnant et adore qu’on lui gratte le ventre… mais systématiquement à notre approche, nous avons la même réaction…

Janvier 2015 : Bunny est maintenant libéré de sa cage dans une vaste pièce où certains copains chats viennent le rejoindre parfois (et il adore leur présence). Malheureusement l’accès à un espace plus grand le fait régresser dans sa relation à l’humain. Il est plus difficile de démarrer les séances caresses maintenant qu’il peut fuir notre contact. Nous envisageons donc de lui ré-installer une grande cage de socialisation dans une zone de vie plus active pour qu’il arrive à se rassurer et que nous puissions dire avec fierté qu’on aura réussi à lui faire oublier les humains de sa vie d’avant Les EntreChats.